Biographie – Paul Eluard

Paul Eluard, de son vrai nom Eugène Grindel naît en 1895 à Sainte-Denis. Provenant d’un milieu aisé, sa santé fragile interrompt ses étude en 1912. Il est soigné dans un sanatorium en Suisse où il restera une année. Il y rencontre un jeune russe Helena Diakonova, dite Gala, qui deviendra sa femme en 1917. Elle lui donne une fille en 1918.

Biographie Paul Eluard

Parcours du poète

Eugène Grindel est mobilisé en décembre 1914. Il passera la majeure partie du conflit au poste d’infirmier militaire. Sa santé fragile l’empêche de servir au front. Jeune homme épris de lecture, il commence à rédiger ses premiers poèmes, en prenant comme pseudonyme le nom de jeune fille de sa grand-mère.

Par ailleurs, ses premiers textes, publiés dès 1918 sont appréciés de l’avant-garde littéraire. Il rencontre Jean Paulhan et correspond avec André Breton. Il commence à fréquenter les poètes et les peintres du mouvement Dada. Puis il rejoint en 1924 le mouvement surréaliste dont Breton a rédigé le Manifeste. Membre actif du mouvement il rédige son premier recueil important aux éditions Gallimard Capitale de la Douleur deux ans plus tard. Il adhère cette année là au Parti communiste nouvellement crée. Il rompt avec Gala en 1931.

Son engagement politique

Pendant l’entre deux-guerre, Eluard alterne création littéraire ( Ralentir Travaux avec Char et Breton en 1930, Les Mains Libres avec Man Ray en 1938) et aussi engagement politique contre la montée du fascisme en Europe. Pendant cette période, le poète français célèbre la beauté des femmes, dont Nusch, sa nouvelle épouse est l’allégorie.

L’invasion de la France en mai 1940 puis l’Occupation l’obligent à mettre la poésie au service de la Résistance française. Son poème connu Liberté puis l’anthologie L’Honneur des poètes publiée en 1943 seront même parachutés par les Alliés. En 1946, Nusch meurt d’une embolie cérébrale, abattant le poète.

Après la guerre, Paul Eluard voyage pour promouvoir la paix à travers le monde. Il participe en 1950 au Congrès mondial pour la paix à Mexico où il rencontre Odette Lemor, sa troisième épouse. L’homme qui n’a de cesse prôné le vivre ensemble, la paix, l’amour, meurt malheureusement en 1952 d’un crise cardiaque.

 

N’hésitez pas de mettre commentaire vos avis ou contactez-moi pour toute question particulière !

close

Abonnez-vous pour ne rien rater de poétique

close

Abonnez-vous pour ne rien rater de poétique

Author: yannick

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *