Posted in Art poétique

La fonction de la poésie

Art millénaire, emprunté d’histoire, la poésie berce nos siècles depuis l’Antiquité.

La fonction de la poésie

Un moyen d’expression

Elle permet de s’exprimer sur nos sens et leur rapport à notre environnement. Lors d’événements marquants, elle permet la mise en lumière de sentiments forts comme le deuil, la colère, la peur ou la joie. Cette fonction d’expression est présente à toutes les époques, du poète célèbre Orphée à Gérard de Nerval et jusqu’à nos contemporains. Le « Spleen » de Baudelaire écrit en 1857 en est l’exemple même, puisqu’ il devient universel par l’expression personnelle du poète.

Un outil de dénonciation

Loin d’être uniquement un moyen d’expression, cet art peut être un outil de dénonciation. Les oeuvre poétiques engagées sont principalement liées à la politique, se rattachant à des causes réelles contre l’injustice et l’horreur d’une époque. Le 20e siècle connaît un essor d’un écriture engagée, notamment avec Paul Eluard, figure du surréalisme.

Célébrer et faire l’éloge

La célébration s’inscrit aussi dans plusieurs œuvres poétiques. C’est « l’éloge » ou le « poème épidictique ». Rendant hommage à des thèmes variés tel que l’amour, le courage ou la solidarité, ce type de poème tente de représenter un sujet sous son plus beau jour.

Révéler le non visible

Un point fascinant se trouve dans les possibilités de ce genre littéraire à révéler les énigmes du monde. La quête du sens, c’est la recherche du Graal de ce qu’on ne voit pas. Le poète se place alors en voyant, tentant de percevoir des sensibilités invisibles qu’il est le seul à détenir. Rimbaud présente le poète comme un « Suprême savant », «[…] car il arrive à l’inconnu ».

Incarner la beauté de l’invention

Le poème a aussi pour fonction d’inventer. Les mots peuvent être assemblés, détruits et reconstruits. Certains poètes ont joué de combinaisons infinies, dans l’objectif d’écrire un beau texte. La laideur du monde se transforme en beauté par sa plume. Pour Mallarmé, « ce n’est point avec des idées qu’on fait des vers c’est avec des mots »