Publication Récente

Posted in Ma plume

Souspçon d’amour

poésie d'amour
… En ses mots sans accords
    Tant de verbes vrais
    Son corps muet s’exprime mieux que la parole
    Le plus beau, c’est la musique qu’elle libère
    Une évidence imparfaite, mais saine
  Au milieu du jour, nos cœurs arrivent à se lier
Posted in Non classé

Melancholia victor hugo

Victor Hugo est l’un des plus grands écrivains français de tous les temps. À travers ses livres, ses poèmes, ses citations et ses opinions politiques, il a contribué à façonner la France au 19e siècle. Son travail a inspiré plusieurs générations d’artistes qui célèbrent sa vie à chaque occasion. Melancholia victor hugo un chef-d’œuvre à découvrir.

Melancholia victor hugo

Qui est Victor Hugo ?

 

Hugo était un poète français, romancier et dramaturge du mouvement romantique. Il est considéré comme l’un des plus grands et des plus connus écrivains français de tous les temps.

Bien qu’il soit réputé pour plusieurs œuvres majeures, sa renommée repose principalement sur Les Misérables et Le Bossu de Notre-Dame. Ces œuvres phares représentent la poésie française à l’étranger. En France, Hugo est surtout connu pour ses recueils de poésie comme Les Contemplations et La Légende des Âges.

Né le 26 février 1802 à Besançon, dans le Doubs, en France et descendant de Sophie Trébuchet et Joseph Hugo, il grandit dans une période de grande agitation politique en France. En raison du travail militaire de son père qui exigeait un déplacement constant, la mère de Hugo vécut seule avec ses enfants à Paris pendant un certain temps.

 

Les vers mélancoliques

 

D’après le titre, l’auteur raconte dans « melancholia » une histoire attristante concernant sa contemplation du monde. Dans ses vers, il met en image un monde en noir et blanc telle la fumée des usines. En effet, les idéologies d’une époque se reflètent dans les œuvres d’art telles que la poésie et les peintures. Le poète méprisa cette période de l’industrialisation, car des enfants y sont exploités comme main d’œuvres.

Il faut noter que pendant cette période, l’âge légal pour travailler était de 10 ans. Les ouvriers travaillaient à la chaîne et leurs salaires subvenaient vaguement à leurs besoins. En enfilant leurs combinaisons, on traite de la même manière les enfants, les adultes et les personnes âgées telles des machines dans des tâches ardues.

L’auteur accuse donc dans « melancholia », par diverses métaphores, l’influence malsaine du travail industriel et de l’industrialisation sur la vie humaine notamment l’enfance. L’auteur s’inquiète de l’influence du progrès sur l’humanisme et commence à s’interroger à propos du travail.

Le poète évoque alors un paradoxe à propos du travail. Il explique que c’est le travail qui donne un sens à la vie de l’homme, mais mal maîtrisé, nous tendons à sacrifier notre humanité sur le plateau de l’argent et de l’efficacité.

 

Melancholia (extrait)

Où vont tous ces enfants dont pas un seul ne rit ?
Ces doux êtres pensifs que la fièvre maigrit ?
Ces filles de huit ans qu’on voit cheminer seules ?
Ils s’en vont travailler quinze heures sous des meules ;
Ils vont, de l’aube au soir, faire éternellement
Dans la même prison le même mouvement.
Accroupis sous les dents d’une machine sombre,
Monstre hideux qui mâche on ne sait quoi dans l’ombre,
Innocents dans un bagne, anges dans un enfer,
Ils travaillent. Tout est d’airain, tout est de fer.
Jamais on ne s’arrête et jamais on ne joue.
Aussi quelle pâleur ! la cendre est sur leur joue.
Il fait à peine jour, ils sont déjà bien las.
Ils ne comprennent rien à leur destin, hélas !
Ils semblent dire à Dieu : « Petits comme nous sommes,
Notre père, voyez ce que nous font les hommes ! »
O servitude infâme imposée à l’enfant !
Rachitisme ! travail dont le souffle étouffant
Défait ce qu’a fait Dieu ; qui tue, œuvre insensée,
La beauté sur les fronts, dans les cœurs la pensée,
Et qui ferait – c’est là son fruit le plus certain ! –
D’Apollon un bossu, de Voltaire un crétin !
Travail mauvais qui prend l’âge tendre en sa serre,
Qui produit la richesse en créant la misère,
Qui se sert d’un enfant ainsi que d’un outil !
Progrès dont on demande : « Où va-t-il ? que veut-il ? »
Qui brise la jeunesse en fleur ! qui donne, en somme,
Une âme à la machine et la retire à l’homme !
Que ce travail, haï des mères, soit maudit !
Maudit comme le vice où l’on s’abâtardit,
Maudit comme l’opprobre et comme le blasphème !
O Dieu ! qu’il soit maudit au nom du travail même,
Au nom du vrai travail, sain, fécond, généreux,
Qui fait le peuple libre et qui rend l’homme heureux !

    Victor Hugo, Les Contemplations, Livre III

Posted in Art poétique

L’acrostiche en quelques mots

Vous êtes amateur de poésie française ? Vous souhaitez progresser de jour en jour ? Voici une facette de cette poésie que vous ignorez peut-être et que vous pouvez utiliser pour montrer votre talent. Il s’agit de l’acrostiche.

acrostiche
flickr : Acrostiche romainh et soleil

Définition

 

Ce terme est dérivé du mot composé grec akrostikhos. Akros qui veut dire élevé, haut, tandis que stikhos signifie vers. En d’autres termes, il s’agit d’un poème qui dissimule un mot. Plus précisément, les premières lettres de chaque vers forment un mot que vous pouvez lire verticalement de haut en bas. Ce mot secret peut être un nom, une sentence ou une devise. Et il faut qu’il soit en rapport avec le sujet du poème, l’auteur, le dédicataire, etc. Il est aussi possible que le poème cache un message. Dans ce cas, vous le décodez en lisant simplement chaque premier mot de chaque vers.

 

Histoire

 

En fait, d’après Cicéron, ce jeu littéraire utilisé dans une poésie courte a été inventé par Ennius. Au fil des siècles, différents poètes et écrivains se sont servis de cette technique pour la création de leurs œuvres. Parmi les plus célèbres, on peut citer Jean-Sébastien Bach dans son « Offrande musicale » qu’il dédie au roi de Prusse Frédéric II, un grand mélomane. On peut également citer l’écrivain et grand poète Français Apollinaire qui utilisa cette technique dans « Poèmes à Lou » pour illustrer le nom de bien-aimée Louise. On a aussi découvert que Pierre Corneille s’en était servi dans sa pièce « Horace », bien que les spécialistes ne soient pas en mesure de déterminer s’il l’avait fait volontairement ou non.

 

Comment l’écrire ?

 

La première chose à faire si vous souhaitez faire un akrostikhos, c’est de prendre le temps de bien étudier votre thème. En effet, vous devez rester dans le thème de votre création . Ensuite, commencez à rédiger votre poème en prenant soin de bien choisir le premier mot de chaque strophe de façon à former le fameux mot que vous auriez choisi.

 

Acrostiches célèbres

 

CORRESPONDANCE DE MUSSET A SAND

Alfred de Musset envoya un poème à Georges Sand qui lui a accorda sa réponse en versifiant à son tour.

A l’invitation de Musset :

QUAND je mets à vos pieds un éternel hommage
VOULEZ-vous qu’un instant je change de visage ?
VOUS avez capturé les sentiments d’un cœur
QUE pour vous adorer forma le Créateur.
JE vous chéris, amour, et ma plume en délire
COUCHE sur le papier ce que je n’ose dire.
AVEC soin, de mes vers lisez les premiers mots
VOUS saurez quel remède apporter à mes maux.

Georges Sand répondit :

CETTE insigne faveur que votre cœur réclame
NUIT à ma renommée et répugne à mon âme.
Ou

CETTE insigne faveur que votre cœur réclame
NUIT peut être à l’honneur mais répond à ma flamme.

Le massage caché entre les deux amants est particulièrement clair et parlant, et à mon humble opinion, coquin en diable et d’un romantisme fou…

 

 

Mais vouloir au public immoler ce qu’on aime,

S‘attacher au combat contre un autre soi-même,

Attaquer un parti qui prend pour défenseur

Le frère d’une femme et l’amant d’une sœur,

Et rompant tous ces nœuds s’armer pour la patrie

Contre un sang qu’on voudrait racheter de sa vie,

Une telle vertu n’appartenait qu’à nous,

L‘éclat de son grand nom lui fait peu de jaloux,

Et peu d’hommes au cœur l’ont assez imprimée,

Pour oser aspirer à tant de renommée.

Corneille, Horace, II, 3, Horace

 

 

Posted in Art poétique

zoom : poèmes saturniens

La littérature française revient à l’honneur avec un auteur qui se veut unique. On lui reconnait une multitude d’œuvres littéraires. De celles-ci, un recueil fera l’objet de notre analyse : poèmes saturniens

Paul Verlaine

Présentation de l’œuvre

Publié chez Alphonse Lemerre en 1866, poèmes saturniens est le premier recueil littéraire de Paul Verlaine, un grand poète français. Il est question ici d’un ensemble d’écrits inspirés de poètes célèbres comme Victor Hugo et Charles Baudelaire. Alors qu’il était encore élève, Paul s’éprit d’amour pour les œuvres de ces auteurs et empruntera chez chacun d’eux, un style bien unique.
À titre illustratif, les écrits de Paul laissent entrevoir le style essentiellement satyrique et le goût pour la provocation propre à Baudelaire. Aussi surprenant que puisse être le choix du titre, l’auteur plonge son œuvre sous la sombre égide de saturne. Il y joue sur les mètres pairs, ceux impairs et surtout sur des rythmes rompus, faisant de son œuvre un univers dense d’émotions diverses.

Structure de l’œuvre

Cette œuvre célèbre de Paul Verlaine  (éditée à compte d’auteur) est composée d’un prologue et d’une pièce liminaire auxquels s’ajoutent 25 différents poèmes divisés en 4 chapitres. On y retrouve également une douzaine de poèmes libres, positionnés à la fin de l’œuvre. Il faut dire que l’auteur s’est beaucoup plus inspiré de Baudelaire que des autres auteurs célèbres. On s’en rend compte rien qu’en lisant le prologue.
Quant-aux 4 chapitres, ils portent tous des titres qui annoncent un contenu bien sombre et qui sort de l’ordinaire. Ces titres sont : Melancolia, Eaux-fortes, Paysages tristes et Caprices. Tous ces 4 titres font allusion à de célèbres peintures, preuve du souhait de l’auteur d’offrir un mélange d’arts à ses lecteurs à travers la poésie.

Des thématiques empreintes de tristesse

Tous les poèmes du recueil portent sur des thématiques assez particulières et qui conditionnent les relations humaines. Il s’agit entre autres de la mélancolie, du temps, de l’amour, de la bourgeoisie et surtout de la musique. Par ailleurs, dans tous les poèmes de recueil, on sent la présence d’une forte mélancolie. Cela pourrait s’expliquer par la personnalité assez solitaire reconnue autrefois à l’auteur. Il ne manque pas d’ailleurs de faire part de ses états d’âmes sombres et de ses nostalgies dans les textes.

Posted in Opinion poétique

zoom sur le dormeur du val d’Arthur Rimbaud

Le dormeur du val est une série de strophes constituant un sonnet écrit par Arthur Rimbaud en 1870. Ce poème fait partie du second poème tiré de son œuvre le « Cahier de Douai ». On peut en tirer quelques idées claires à propos du texte en se penchant sur les vers.

le dormeur du val d'Arthur Rimbaud

 

Un reflet de sa jeunesse

Cette œuvre fait partie des poèmes les plus célèbres du poète. On a à faire à un  sonnet façonné d’alexandrins avec un mélange de rimes régulières et croisées. On retrouve cette façon d’écrire dans certaines œuvres de Charles Baudelaire.

Par ailleurs, l’engagement, la volonté de l’auteur de décrier les maux de son époque, alors qu’il n’a que 16 ans se dégage du poème. La guerre franco-prussienne de 1870 fait rage en Europe, si bien que Rimbaud en est profondément affecté surtout avec la bataille de Sedan.

L’histoire raconte que la France est sortie perdante à l’issue de cette bataille. Et le jeune Rimbaud en fut témoin, de son village de Charlevilles. De nombreux soldats Français sont exécutés par le camp adverse, parfois grièvement blessés  au milieu de la campagne. Par contre, nul ne sait s’il avait assisté à la tuerie, où s’il s’était réfugié avec ses parents.

La nature omniprésente

Le paysage, les chants d’oiseaux, le souffle du vent,  tous ces éléments  exprimés par la force des mots démontrent à suffisance la beauté de la poésie. Dans ce sonnet par exemple, l’auteur évoque la verdure, la montagne, la rivière qui ruisselle, les oiseaux qui chantent. Tout ceci surenchérit par les verbes d’action sublime le poème et accroche le lecteur.
En effet, Rimbaud vit au milieu d’un paysage naturel vivifiant, serein et équilibré. Il décrit la nature apaisante dans les vers 1 et 2.

Mais cette nature protectrice qui constitue un refuge pour lui est souillé par la guerre des hommes. Le sang qui coule lui est fortement désagréable. A travers ses mots, on peut ressentir sa peine profonde. Voilà pourquoi il ne manque pas dans ce sonnet  de relater le cas d’un soldat blessé, bercé par le vent, allongé sur « son lit vert ». Un calme trompeur qui peut vouloir évoquer la mort.

Le dormeur du val

C’est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D’argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c’est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l’herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

Share:
Posted in Art poétique

Rime embrassée : de quoi s’agit-il ?

La rime embrassée est une forme particulière d’agencement de vers très appréciée des poètes. Elle sublime le poème quand on sait bien la manier. Avant de se lancer dans l’écriture d’un poème,  le poète en herbe peut s’amuser au préalable à jeter un coup d’œil sur les différentes techniques utilisées pour bien créer ses rimes. Les rimes font partie de ces techniques que les néophytes sont invités à connaître.
rime embrassée
Pablo Picasso

Les différents types de rimes

L’auteur d’un poème peut choisir entre différents types de rimes. Concernant particulièrement la disposition de celles-ci, vous pouvez opter pour les rimes plates ou suivies, du genre AABBCC, etc. Il est également possible d’opter pour les rimes tripartites du genre AABCCB, ou les rimes alternées ou croisées du genre ABAB. En outre, il existe encore des rimes brisées ou les vers riment ensemble aussi bien par la césure que par la fin de vers. Enfin, vous pouvez jeter votre dévolu sur les rimes embrassées qui adoptent le genre ABBA.

Gros plan sur les rimes embrassées

On peut donc définir la rime embrassée comme une rime encadrée par d’autres rimes, et adoptant la forme ABBA. Pour donner plus de clarté à cette définition, il convient de prendre un exemple. Ainsi, dans « Sonnet à Hélène » de Pierre de Ronsard, on peut très bien découvrir l’organisation de ce genre de rime :

Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle (A)

Assise, auprès du feu, dévidant et filant (B)

Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant : (B)

« Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle ! » (A)

C’est donc cette alternance des rimes qui explique l’appellation de rimes embrassées. Il est utile de rappeler que ces dernières sont présentes dans les poèmes célèbres comme « Heureux qui comme Ulysse » de Joachim du Bellay, ou encore « L’horloge », « Correspondances », et « Harmonie du soir » de Charles Baudelaire. Vous pouvez également apprécier l’harmonie de ces rimes dans « La Tzigane » de Guillaume Apollinaire ou encore « Le temps a laissé son manteau » de Charles d’Orléans. Les chefs-d’œuvre littéraires permettent également de découvrir les différentes rimes existantes et aident aussi à se familiariser avec leur utilisation.

Posted in Art poétique

Qu’est-ce qu’un haïku japonais ?

Le Japon est un pays extraordinaire qui se démarque de toutes les destinations touristiques. Il est riche d’histoires et de traditions. La culture, la littérature ne sont pas en reste dans ce beau pays.  Connaissez-vous le fameux  haïku japonais  ? Tour d’horizon d’un art presque méconnu.

haïku japonais

Qu’est-ce que le haïku dans la culture japonaise ?

 

Selon la culture occidentale, le haïku est un art poétique court apparu vers la fin du 17ème siècle. Il est utilisé afin d’extérioriser les émotions qui ne peuvent être résumées en un seul mot. Depuis toujours, le haïku est un poème composé de 3 vers. Le premier vers doit obligatoirement comporter 5 syllabes afin de reconstituer le rythme court. Le second vers, quant à lui, est constitué de 7 syllabes afin de gagner un rythme long. Afin de fidéliser la tradition, le troisième vers doit obligatoirement comporter 5 syllabes.

 

La spécificité du haïku

 

Comparé à d’autres formes de poème, le haïku est affranchi de toute sorte de rimes. Afin de créer un effet de surprise et juxtaposer les idées, le poète peut utiliser une césure ou « kirenji » dans la culture occidentale. D’ailleurs, le haïku doit comporter un mot de saison ou « kigo » (dans la langue japonaise). Ce dernier sert à relier la réalité et le monde de la fantaisie.

 

L’objectif du haïku

 

C’est une forme d’art qui consiste à capturer l’instant présent dans des mots brefs et concis. En général, il favorise et développe le lien social entre les habitants. Grâce à un esprit pacifique, bienveillant et zen, il améliore le sens de l’écoute de chacun.

 

En quoi consiste le « kigo » ?

 

N’oubliez pas que c’est l’un des traits spécifiques de ce poème court. Il sert à figer le temps et a recréé, à chaque lecture, les conditions météorologiques externes. Pour désigner l’hiver, par exemple, les poètes utilisent les mots : neige, glaciale, verglas, décoration de Noël et tant d’autres. Pour marquer le printemps, on peut utiliser les thermes : bourgeons, fleurs, soleil, ciel bleu et autres critères

Posted in Ma plume

Les proses de la clairvoyance

“Les proses de la clairvoyance” est une chanson que j’ai écrit et chanté sous forme de slam. C’est un titre extrait de mon E.P. « L’ÉVEIL » paru en juin 2019. Notre monde est peut-être déjà perdu, noyé dans mes pensées, je m’interroge. L’idée est de vous amène avec moi dans les profondeurs de la pensée. En m’écoutant fredonner, vous trouverez peut être votre chemin ou de l’apaisement dans ce monde énigmatique, où nous sommes nombreux à penser en silence.

 

« L’âme s’abreuve de son être, … se plaît de ses propres chansons »

 

J’ai choisi le slam pour traiter les sujets  (préjugés, injustices, amour, souffrance …) qui me tiennent à cœur. Le choix de la musique n’est pas anodin. Elle est rythmée, pour vous entraîner sereinement à l’écoute de votre environnement. Quand on se livre à la poésie, la poésie se livre à nous, et la clairvoyance devient une évidence.

 

La Nature nous « imprègne de toutes sortes d’odeurs »

 

Inspiré par certaines figures emblématiques de la littérature pour qui, la Nature évoquait l’évasion et la femme ; je commence mon écrit par l’évocation de celle-ci. (« les steppes et leurs coiffes fleuries, les rivières écumantes, … »). Cela me permet de mettre l’oreille attentive dans l’ambiance et d’introduire le début tumultueux de l’histoire.

La musique et les mots permettent l’éveil et la reconstruction de l’âme.
Mon texte est accompagné d’une mélodie douce qui apaise et permet l’introspection. Le son peut dont être utile aux adeptes de la méditation. De même, il permet de se poser et de réfléchir sur nous-même, sur notre souffrance et sur la société dans laquelle on vit (« On ne vit pas que de rêve, on en meurt aussi. Les préjugés, les injustices nous désolent. Malgré tout, la vie continue. »)

Les mots utilisés sont tous choisi avec soin et certains permettent d’évoquer le double sens oral de l’expression (Panser la faim fait écho à penser la fin). Les silences entre eux sont tout aussi intenses et essentiels au message transmis. Ils permettent d’écouter et de prendre conscience de chaque vers.

Le message du texte évolue au fur et à mesure tel le temps qui passe dans nos vies. Il permet de lâcher prise sur le passé afin d’aller de l’avant. (« Repose-toi de ta colère, ne retiens pas la main qui t’échappe. Laisse courir tes craintes. La bonté du cœur restaure tout avec le temps »)

Si mon poème vous a plu et vous a touché, vous pouvez le retrouver sur toutes les plateformes de téléchargement comme Amazon Mucic, Sportify ou Itunes. Vous pourrez aussi découvrir, écouter un extrait et même télécharger mes autres titres de mon E.P “L’ÉVEIL”.

Pour ne rien rater de mes actualités et être au courant lorsque je publie une nouvelle vidéo, Abonnez-vous à ma Chaîne Youtube. Toutefois, vous pouvez également me donne votre avis en commentaire. Je me ferai un plaisir de lire et de vous répondre !

 

Posted in Opinion poétique

Lecture d’une citation de Victor Hugo

Victor Hugo, homme de lettres français du XIXe siècle, écrit un jour ces mots : “ “Si le poète doit choisir dans les choses (et il le doit), ce n’est pas le beau, mais le caractéristique.“. Il semblait alors questionner la question de la subjectivité du cinquième art. Faut-il toujours enjoliver les choses, ou se restreindre à la réalité crue ?

citation victor hugo

La réalité et l’art

Victor Hugo et la subjectivité
Dans cette citation, Victor Hugo montre que le poète, homme de lettres, ne peut se permettre de toujours embellir chaque situation. Ainsi, dans une situation teintée de désespoir et de souffrance, le créateur ne doit pas rendre la douleur plus belle qu’elle ne l’est réellement. C’est la fonction du poète ; Baudelaire en avait déjà fait état autrefois, qualifiant ce rôle de “phare“, celui qui montre la voie. En mentant -ou même en omettant la laideur de certaines choses-, Victor Hugo estime que le poète ne ferait pas bon usage de ses pouvoirs.

Ces mots, tirés du préface de Cromwell, un drame et une des œuvres théâtrales les moins bien connues du poète français. remplit à la fois l’emploi de prévenir le lecteur sur ce qu’il va découvrir (Cromwell étant le récit d’une succession d’échecs, à la fois humains et politiques) et de le moraliser ; il n’est jamais bon de bien enrober les événements sous de beaux mots.

Art poétique et subjectivité

 

La poésie est souvent perçue comme onirique ; à tort. Bien qu’elle soit pleine de sonorités réconfortantes, l’esquisse poétique dépeint aussi parfois la tristesse d’une âme. Le Dormeur du Val d’Arthur Rimbaud en est l’une des preuves. De même, ce sonnet, décrivant le corps, que l’on pense de prime abord endormi, d’un soldat dans une vallée, révèle dans ses dernières syllabes que l’homme est en réalité mort.

Aussi, s’il convient de ne pas choquer les mœurs en adoptant un langage plus romancé. Relater l’existence uniquement dans ses facettes positives est toxique. De ce fait, le poète, en adoptant ce biais utopique, fausse la lecture de ceux qu’il abreuve de ses paroles. Il est un guide, un pionnier : donner une rousse faussée à ceux qui le suivent pourrait être fatal. C’est ici ce que Victor Hugo voulait dire : il est beau d’utiliser de magnifiques mots pour décorer ses textes, les rendre plus joyeux, plus chimériques ; toutefois, il est nécessaire parfois de relater la vérité crue

Posted in Art poétique

La fonction de la poésie

Art millénaire, emprunté d’histoire, la poésie berce nos siècles depuis l’Antiquité.

La fonction de la poésie

Un moyen d’expression

Elle permet de s’exprimer sur nos sens et leur rapport à notre environnement. Lors d’événements marquants, elle permet la mise en lumière de sentiments forts comme le deuil, la colère, la peur ou la joie. Cette fonction d’expression est présente à toutes les époques, du poète célèbre Orphée à Gérard de Nerval et jusqu’à nos contemporains. Le « Spleen » de Baudelaire écrit en 1857 en est l’exemple même, puisqu’ il devient universel par l’expression personnelle du poète.

Un outil de dénonciation

Loin d’être uniquement un moyen d’expression, cet art peut être un outil de dénonciation. Les oeuvre poétiques engagées sont principalement liées à la politique, se rattachant à des causes réelles contre l’injustice et l’horreur d’une époque. Le 20e siècle connaît un essor d’un écriture engagée, notamment avec Paul Eluard, figure du surréalisme.

Célébrer et faire l’éloge

La célébration s’inscrit aussi dans plusieurs œuvres poétiques. C’est « l’éloge » ou le « poème épidictique ». Rendant hommage à des thèmes variés tel que l’amour, le courage ou la solidarité, ce type de poème tente de représenter un sujet sous son plus beau jour.

Révéler le non visible

Un point fascinant se trouve dans les possibilités de ce genre littéraire à révéler les énigmes du monde. La quête du sens, c’est la recherche du Graal de ce qu’on ne voit pas. Le poète se place alors en voyant, tentant de percevoir des sensibilités invisibles qu’il est le seul à détenir. Rimbaud présente le poète comme un « Suprême savant », «[…] car il arrive à l’inconnu ».

Incarner la beauté de l’invention

Le poème a aussi pour fonction d’inventer. Les mots peuvent être assemblés, détruits et reconstruits. Certains poètes ont joué de combinaisons infinies, dans l’objectif d’écrire un beau texte. La laideur du monde se transforme en beauté par sa plume. Pour Mallarmé, « ce n’est point avec des idées qu’on fait des vers c’est avec des mots »