Né le 11 juillet 1876, Max Jacob est beaucoup attiré par le faste des cérémonies

Max Jacob (1876-1944), écrivain français,

photo:la-croix.com

catholiques lorsqu’il était enfant. Grand lecteur et brillant élève, il est passionné de peinture et de musique. Cependant, la passion qu’il nourrit pour l’art peut également être son homosexualité cachée. À un certain âge, le jeune homme se lie d’amitié avec les artistes du quartier Montmartre. Dès lors, il commença à écrire des poèmes et dessiner avec frénésie. En année 1917, Max Jacob publie son recueil de poésie le plus connu de tous : Le cornet à dés.

Tout au long des vingt années suivantes, le poète compose de nombreuses œuvres de divers genres. Parmi ses écrits, on trouve des poèmes en prose et en vers libres, des contes, des nouvelles, des fantaisies dramatiques, des lettres et même des essaies. Par ailleurs, le poète mène une carrière de peintre. En effet, il n’avait pas seulement l’amour pour la poésie, mais aussi pour la peinture. Inspiré par les paysages bretons de son enfance et les scènes de cirque il réalise des gouaches. Aussi, certaines de ses créations sont inspirées des fresques romanes.

Dans l’histoire de la poésie, Max Jacob est l’un des auteurs qui ont beaucoup écrit. Il a un grand esprit créatif, ce qui lui permet d’adapter ses écrits aux évènements au cours des années.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation