Homme engagé, combattant de la liberté, Paul Eluard est sans conteste l’un des plus grands poètes français du XXe siècle. Il a connu et traversé les deux Grandes guerres mondiales et a été poétiquement présent dans deux mouvements artistiques. La poésie de Eluard reposait entre autres sur l’établissement de lien entre des associations invraisemblables de mots et d’images. Après avoir découvert l’absolu poétique, il écrira dans son recueil de poèmes Capitale de la douleur, « J’ai la beauté facile et c’est heureux ».

Biographie Paul Eluard

De la naissance de Paul Eluard

Eugène Emile Paul Grindel, connu sous le nom de plume de Paul Eluard. Est un poète français né le 14 décembre 1895 à Saint-Denis. Il est le fils de Clément Eugène Grindel, directeur d’une agence immobilière, et de Jeanne-Marie Cousin, couturière.

Boursier de l’école supérieure Colbert, sa famille déménage à Paris où il obtient son brevet en 1912. Atteint de tuberculose, Paul Eluard est obligé de mettre un terme à ses études à l’âge de 16 ans. Il a été hospitalisé au sanatorium de Clavadel jusqu’en février 1914 où il a fait la connaissance de Helena Diakonova. Il s’éprend de la jeune Russe, mais sera invité sur le front de guerre en qualité d’infirmier militaire.

La naissance de la poésie de Paul Eluard

Renvoyé du front à cause d’une bronchite aiguë, Paul Eluard retrouva sa bien-aimée avec qui il se maria en février 1917. Les séquelles laissées par le premier grand conflit mondial apparaissent poétiquement dans ses premiers écrits. (Poèmes pour la paix, 1918) et témoignent de son rejet de la haine et des atrocités de la guerre.

Il commence alors par remettre en cause, d’une manière poétiquement absurde et folle. Tout ce qui l’entoure : c’est le début de la poésie dada. Plus tard, il intègre le mouvement du surréalisme qui donne plus de contenu à ses convictions dadaïstes. Au milieu de surréalistes tels qu’André Breton, Jean Paulhan, le Comte de Lautréamont, René Char, etc. Paul Eluard sort un nombre considérable d’œuvres poétiques.

La résistance de Paul Eluard

Paul Eluard rejoint le Parti communiste français en 1927 aux côtés de Louis Aragon, André Breton et s’insurge contre le fascisme. Mais en 1933, il est renvoyé, comme les autres surréalistes du parti, ce qui n’éclabousse cependant pas sa détermination. En effet, il parcourt l’Europe, se fait l’ambassadeur du surréalisme et soutient les fronts de révolution. 1934, Paul Eluard se marie à Maria Benz, surnommée Nusch, après s’être séparé de sa femme Gala.

1946, sa compagne Nusch décède alors que Paul Eluard était en Suisse. La nouvelle l’afflige, mais il parvient, aidé de ses amis, à se remettre en état et à continuer ses actions à travers l’Europe. Il a publié durant cette période plusieurs œuvres, dont De l’horizon d’un homme à l’horizon de tous. Il se remarie avec Dominique Lefort et publie Le Phénix, œuvre témoignant de sa nouvelle joie de vivre.

La mort de Paul Eluard

La vie de Paul Eluard est poétiquement marquée par des luttes contre les inégalités, les injustices, les atrocités de la guerre et la promotion d’un monde de paix fondé sur l’amour. Il est mort le 18 novembre 1952 suite à une crise cardiaque survenue dans sa demeure à Charenton-le-Pont. La poésie de Eluard se résume dans ses œuvres principales que sont Capitale de la douleur (1926), Liberté (1942), Poésie et Vérité (1942).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation