Grande figure de la poésie française du XXe siècle aux côtés de Paul Eluard, André Breton, ou encore Louis Aragon, René Char est considéré comme un des plus grands poètes français de son époque. Homme de lettres et défenseur de la liberté, il se distinguera notamment grâce à sa participation à la résistance lors de la Seconde Guerre mondiale.

René Char

crédit photo : vpagnouf

 Naissance de René Char

Né le 14 juin 1907 à L’Isle-sur-la-Sorgue dans le Vaucluse, René Char est le benjamin d’une famille de quatre enfants dont la mère était Marie-Thérèse Rouget. Son père, Émile Char, était un négociant français né en 1863 dans la même ville. Il a été maire à L’Isle-sur-la-Sorgue à partir de 1905 et administrateur délégué des plâtrières de Vaucluse en 1907. Émile Char décède le 15 janvier 1918 d’un cancer du poumon alors que René Char n’avait que 11 ans.

Après la mort de son père, il fait son entrée au lycée d’Avignon en 1918. Puis il suit des cours de commerce à Marseille à partir de 1925. Mais il abandonnera ses études tôt. En effet, sa carrure très imposante le prédispose au rugby qu’il pratiquera d’ailleurs.

Les débuts de la poésie de René Char

Passionné de littérature et de la poésie en particulier, René Char passait une bonne partie de son temps à la lecture. Entre autres, il a lu Racine, François Villon, Gérard de Nerval, Charles Baudelaire, etc., mais aussi les romantiques allemands.

René Char fit ses débuts en littérature à travers une critique sur l’un des romans d’André de Richaud. La critique est publiée dans la revue parisienne Le Rouge et le Noir. En 1928, il sort un poème, Les Cloches sur le cœur, grâce à l’aide de sa grand-mère, mais il détruira les exemplaires plus tard.

Après cette première expérience, René Char publie Arsenal, un poème qui sort en 1929. À partir de 1930, il se lance dans le mouvement surréaliste aux côtés de Louis Aragon, André Breton, René Crevel, Paul Eluard, Pablo Picasso, etc. Il quitte le mouvement en 1934 pour des raisons de conviction. « Le surréalisme est mort du sectarisme imbécile de ses adeptes », écrira-t-il dans une correspondance à Antonin Artaud.

La résistance de René Char

Lors de la Seconde Guerre mondiale, René Char est surnommé « Capitaine Alexandre » à cause de sa contribution à la résistance. Un poème, Les feuilles d’Hypnos, témoigne notamment de son attachement à la liberté et invite son lectorat à la lutte. Quoique qualifiée d’œuvre hermétique, la poésie de Char s’inspire fortement des réalités de guerre.

Les principales œuvres de René Char

Le poète René Char compte plusieurs dizaines d’œuvres à son actif : recueils de poèmes, anthologies, correspondances, etc. Cependant, c’est la poésie qui a vraiment relevé son nom dans le champ littéraire français. Parmi ses œuvres les plus connues, on compte Fureur et Mystère (1946), Feuilles d’Hypnos (1946), Arsenal (1929), La Parole en archipel (1962), Le Marteau sans maitre (1929).

La mort de René Char

Le poète René Char est mort le 19 février 1988 à Paris à l’âge de 80 ans. Au cours de sa brillante carrière de poète, il a été membre de l’Académie bavaroise des beaux-arts, et distingué avec le prix Les cent livres du siècle.

 

2 Thoughts on “Biographie de René Char

  1. Pingback: Biographie - Aimé Césaire - Yannick Monrosé

  2. Pingback: Paul Eluard - Yannick Monrosé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation