« Voyelles » est une poésie composée par le poète Arthur Rimbaud. Elle fait partie de ses poèmes les plus connus, mais conserve toujours un côté mystérieux. Ainsi, de nombreuses interprétations sont faites de ce bel extrait. Voici, une approche qui vous aidera à mieux appréhender l’esprit du poème !

Voyelles Arthur Rimbaud

Le sens des correspondances présentes dans ce poème

« A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu… ». Tels sont les premiers mots de cette magnifique poésie. Vous remarquez donc que Rimbaud fait correspondre chaque voyelle à un mot ; mais pas n’importe quel mot, car il s’agit de couleurs, de formes, ou de sensations. En effet, chaque couleur est attachée à un sens moral. Le blanc représente l’innocence et la pureté, le noir est plutôt la mort, la décomposition. « Anges », « Suprême Clairon », le bleu fait référence au divin, le vert à la paix et au calme, etc. !

Il s’agirait du portrait d’une femme

Le poète décrirait une femme à travers « Voyelles ».

A : « corset velu ». La lettre A fait aussi penser au pubis d’une femme.

E : teint blanc immaculé.

I : couleur rouge des lèvres.

U : représente le front.

O : couleur des yeux bleus-violets.

 

Voyelles

Arthur Rimbaud

A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,
Je dirai quelque jour vos naissances latentes :
A, noir corset velu des mouches éclatantes
Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

Golfes d’ombre ; E, candeurs des vapeurs et des tentes,
Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d’ombelles ;
I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles
Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

U, cycles, vibrements divins des mers virides,
Paix des pâtis semés d’animaux, paix des rides
Que l’alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,
Silences traversés des Mondes et des Anges :
— O l’Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

Arthur Rimbaud, Poésies

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation