L’hyperbole est une figure de style très utilisée dans la littérature antique. Elle était particulièrement employée au théâtre et dans les épopée. Elle servait en effet, à louer les dieux de par leurs attributs. Aujourd’hui, l’utilisation de cette figure de rhétorique est courante et s’emploie pour bien moins que le surnaturel ou la divinité.

figures de rhétorique

Définition de l’hyperbole

L’hyperbole est un terme qui vient du grec huperbolê, de hyper qui signifie « au-delà » et de ballein qui signifie « jeter ». Elle consiste à grossir volontairement par le langage, une idée ou une réalité afin de la mettre en exergue. Il s’agit d’un procédé fonctionnant sur la base d’une exagération et employant la négation ou une expression désagréable. Elle est utilisée pour faire de l’ironie ou une caricature. Elle peut tendre à l’impossible ou à la démesure.

 

Portée stylistique

L’hyperbole s’est aujourd’hui figée. Elle fait partie des figures de style qui sont utilisée quotidiennement. On dit couramment pour exprimer notre soif, notre faim, qu’on « meurt » de soif ou de faim. Pour dire se qu’on a à faire, on dit qu’on a une « tonne » de travail.

Pour dire d’une personne qu’elle est grande, l’on peut le décrire sous des traits gargantuesques. Il s’agit d’une figure de style qu’on construit en employant le superlatif ou des mots comme « beaucoup », « extrêmement », « le moins », « le plus », etc.

 

Exemple d’hyperbole

« J’ai une tonne de paperasse »

« La liberté, c’est le bonheur, c’est la raison, c’est l’égalité, c’est la justice (…), c’est votre sublime Constitution. » Camille Desmoulins

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Post Navigation